Telemachus 0032

Although we will give Mulligan a few points for making breakfast, he is clearly not someone you want to be around when you have a hangover–the singing, the wiseassery, the smoke, the high energy, the bossing around (“Kinch, wake up”)… like an annoying frat brother.   I’m starting to see him as a slightly more sophisticated version of Will Ferrell’s “Frank the Tank” in Old School.

Gifford glosses the candle business as a joke about female masturbation, which is all well and good, but I’m not quite sure what it adds to our understanding of what’s going on.  It does recall the travesty of the mass we were talking about a few pages ago, and which will come back as he serves the eggs.

I love the detail of Stephen sitting on his upended valise–it’s in the text, but I never really noticed it before.  In Richard Ellmann’s famous biography of Joyce, he occasionally talks about Joyce’s habit of using suitcases as desks when he wrote at home–sitting in a chair with a suitcase in his lap.  Joyce’s family was always on the move when he was a boy–always on the move, avoiding landlords and other creditors.  That Stephen doesn’t have a chair says something about his status in the household, but it also tells you that he’s ready to go.

One thought on “Telemachus 0032

  1. Traduction française / French translation

    Certes, on donnera un bon point à Mulligan pour la préparation du petit-déjeuner, mais il est clair qu’il n’est pas le genre de personne que l’on aime avoir autour de soi quand on a la gueule de bois – la chansonnette, le sarcasme déplacé, la fumée de cigarette, la débauche d’énergie, les ordres (“Kinch, réveille-toi !”)… tout ce qui fait un comparse agaçant. Je commence à le voir comme une version légèrement sophistiquée du personnage Frank “the Tank”, incarné par Will Ferrell dans le film “Old School” (NDT : “Retour à la fac” en VF).

    Gifford glose au sujet de la bougie, qu’il voit comme une plaisanterie sur la masturbation féminine, ce qui n’est pas exclu, mais je ne suis pas vraiment sûr de ce que cela apporte à notre compréhension de la scène. Cela rappelle plutôt la singerie de messe dont nous avons parlé précédemment, et qui reviendra quand il servira les œufs.

    J’aime le détail du dessin de Stephen assis sur le chant de sa valise – c’est indiqué dans le texte, mais je ne l’avais jamais remarqué. Dans sa célèbre biographie de Joyce, Richard Ellmann évoque l’habitude qu’avait Joyce de se servir de sa valise comme bureau lorsqu’il écrivait chez lui, assis sur une chaise avec la valise posée debout devant lui. La famille de Joyce était toujours sur le départ quand il était enfant, prête à fuir les propriétaires et autres créanciers. Que Stephen n’ait pas de chaise révèle quelque chose de son statut dans ce foyer, mais cela nous indique aussi qu’il est prêt à en partir.

Leave a Reply